L'Historique de St André


6) De l’anniversaire des 25 ans du 26 Septembre 1998 à nos jours

L’année 1973 avait marqué un tournant dans l’histoire de l’école St André et du collège Rogelet appelés alors à vivre ensemble.

Le 26 septembre 1998 fut aussi une date historique. En effet, l’union imposée en 1973 avait besoin d’être redynamisée. C’est ce que comprit l’équipe qui s’attela à la préparation du 25ème anniversaire de l’installation de l’école St André et du collège Rogelet dans les locaux de l’ancien petit séminaire.

Au cours de cette cérémonie qui fut l’occasion d’une formidable mobilisation des enseignants, des personnels, des parents et des anciens, et d’une convivialité assez exceptionnelle, une nouvelle plaque fut inaugurée et bénie par Monseigneur GOURGUILLON, alors administrateur du diocèse de REIMS. Cette plaque porte un nom qui se veut rassembleur pour l’intérieur comme pour l’extérieur "ÉTABLISSEMENT CATHOLIQUE ST ANDRÉ – ROGELET".

Voilà ce que Madame BRACHET, directrice de l’école et Monsieur DELATOUR, directeur du collège, ont tenu à affirmer au moment de cette inauguration :

"Bien que réunies, les deux écoles restèrent distinctes au long de ces 25 ans : deux contrats différents, deux équipes éducatives différentes (parfois indifférentes), deux Associations de Parents différentes, mais une seule AEP puis Organisme de Gestion, l’OGEC Rogelet - Saint André, constitué surtout d’anciens présidents APEL, faisant pratiquement à lui tout seul la synthèse des 2 établissements.

Il pouvait paraître surprenant, à un observateur extérieur, de constater, par exemple, le peu d’empressement des élèves de CM2 à venir remplir les classes de sixième du collège. Fallait-il attribuer ce désintérêt aux liens historiques avec Notre-Dame ? A l’image parfois dévalorisée que d’aucuns se plaisaient à donner de Rogelet sans vraiment le connaître ?

Était-ce en raison de sa réputation d’accueil de tous, y compris de ceux dont on ne voulait pas forcément dans d’autres établissements, une réputation qui devait entraîner, pensait-on à tort, un climat particulièrement difficile et de piètres performances pédagogiques ? Cela était-il dû à une attitude par trop condescendante des "profs" du collège à l’égard des "instits" de l’école ? Certainement à tout cela à la fois…

Il fallait réapprendre à vivre ensemble et pas seulement à cohabiter ; il fallait mieux se connaître, prendre conscience des considérables richesses de l’une et l’autre : par exemple, l’accueil de tous à St André comme à Rogelet, le dynamisme pédagogique des équipes qui mettent en œuvre des projets cohérents mais aussi renouvelés et qui savent vraiment se montrer attentives à l’épanouissement de chaque élève, le souci qu’elles ont en commun des élèves en difficulté (classes de perfectionnement à St André maintenues malgré les réticences de beaucoup et devenues aujourd’hui classes d’adaptation, stratégies de soutien et parcours diversifiés à Rogelet), une attention qui n’empêche nullement de procurer aux meilleurs élèves les moyens d’exprimer leurs possibilités ; autre exemple : la préoccupation constante de pratiquer des tarifs raisonnables et même de les diminuer au besoin pour accueillir aussi des familles défavorisées en fidélité à la recommandation du Conseil Presbytéral ; la volonté commune de gérer rigoureusement les deniers des parents, de l’État et des collectivités qui n’exclut pas la réalisation d’importants travaux bénévoles…) autant de richesses à découvrir… ou à redécouvrir.

Bref, il était nécessaire de faire évoluer les mentalités, de faire admettre que l’école constitue le vivier naturel et essentiel de recrutement du collège, que les deux établissements ont absolument besoin l’un de l’autre et qu’ils forment finalement une même entité de près de 1200 personnes.

A la veille du troisième millénaire, l’Établissement Catholique St André Rogelet se situe donc résolument dans la tradition d’accueil et d’ouverture voulue à l’origine par les frères des Écoles Chrétiennes et perpétuée fidèlement par les responsables successifs des "deux écoles" devenues un seul établissement diocésain".

L’unité devenant progressivement une réalité et les mentalités ayant suffisamment évolué, il était temps de donner l’unique nom de SAINT ANDRE à l’ensemble de l’établissement, plus en lien avec la Paroisse et plus lisible sur le plan chrétien.

C’est ce qui fut fait le 20 novembre 2009, en présence de Monseigneur JORDAN, Archevêque de Reims, au cours de l’inauguration du superbe amphi aménagé dans l’ancienne chapelle du Petit Séminaire, baptisé « Amphi Charles ROGELET » en hommage à ce grand bienfaiteur de l’établissement.

Il reste maintenant à ceux qui vivent et travaillent aujourd’hui dans l’établissement catholique SAINT ANDRE à s’inscrire dans sa riche histoire en fidélité à tous ceux qui ont forgé sa réputation et à construire à leur tour, avec passion et espérance, l’avenir des jeunes qui leur sont confiés.

Page 6 / 6



 

© 2004 Établissement Catholique St André. Tous droits réservés.